Présentation - Blanche Selva

Aller au contenu

Menu principal :

Association

Rappel : En application de la loi du 11 mars 1957 (art. 41) et du code de la propriété intellectuelle du 1er juillet 1992, l'ensemble des textes, illustrations, photographies, plans, dessins, animations, vidéos, sons, contenus sur ce site internet ne peuvent pas être utilisés ou reproduits sans obtention de l'autorisation de l'éditeur. Pour toute demande de reproduction ou d'utilisation d'éléments contenus sur le site internet de l’association Blanche Selva, blanche-selva.com, veuillez vous mettre en contact avec un membre du bureau au 06 60 63 06 26

L’Association Blanche Selva a été créée en 2000 pour contribuer à faire revivre de façon active le souvenir de Blanche Selva, éminente interprète de piano, pédagogue innovante et musicienne accomplie. L’Association comporte une cinquantaine de membres, musiciens, musicologues, mélomanes sympathisants.


Certes, le nom de Blanche Selva n’était pas totalement inconnu des spécialistes et des professionnels ; mais, peu connaissaient les quelques enregistrements qu’elle a gravés en 1929 et 1930, rares sont ceux qui ont eu entre les mains les sept volumes de son "Enseignement Musical de la Technique du Piano", rares aussi ceux qui ont pu lire sa "Sonate, étude de son évolution historique et expressive en vue de l’interprétation et de l’audition" ou sa biographie de Déodat de Séverac et moins encore son analyse détaillée et ses commentaires des sonates pour piano et des sonates pour piano et violon de Beethoven, réunis dans un gros ouvrage, écrit en catalan, "Les Sonates de Beethoven". Les très nombreuses partitions qu’elle a annotées et doigtées sont sans aucun doute le seul support qui soit réellement passé entre leurs mains. Se souvenait-on qu’elle donnait à 20 ans l’intégrale de l’œuvre pour clavier de J. S. Bach, qu’elle avait créé en France la majorité des cahiers d’Iberia d’Isaac Albéniz dont le 2ème lui fut dédié et qu’elle fut dédicataire d’œuvres de nombreux compositeurs français du début du 20ème siècle ? Le public mélomane avait, quant à lui, complètement oublié son existence.

Il est important de rappeler que c’est Françoise Thinat, élève d’Yvonne Lefébure, qui, dès 1994, en créant le Concours International de Piano 20ème siècle d’Orléans, se déroulant tous les deux ans, avait donné au premier prix le nom de "Prix Spécial Blanche Selva". Ce concours, de renommée internationale, qui en est en 2018 à sa treizième édition, met en valeur le patrimoine pianistique du XXème siècle jusqu'à nos jours et a permis à de jeunes et brillants artistes de promouvoir le nom de Blanche Selva.

L’Association Blanche Selva prolonge depuis maintenant 18 ans par diverses actions cette remarquable initiative : CD, journée d’études, articles, site, concerts, tout en poursuivant de constantes recherches sur la vie et l’œuvre de la musicienne.

Un CD tiré à partir d’enregistrements historiques 78T a été proposé au public en 2002 (Label Malibran). Il contient des interprétations de Bach, Beethoven, Franck et Séverac. Un second CD a été édité en 2008 avec ses deux derniers enregistrements, Franck et Garreta (Centre International Albert Roussel et Association Blanche Selva), il contient en outre des enregistrements peu connus, certains rarissimes, d’œuvres créées par Blanche Selva et interprétés par des pianistes de son temps.

L’année 2004 a été celle du 120ème anniversaire de sa naissance à Brive la Gaillarde, commémoré par un concert et une exposition. En 2005, l’Association a organisé à Paris une journée d’étude "Blanche Selva en son temps" qui a permis une rencontre de musicologues dont les actes ont fait l’objet en 2010 d’une publication par les Editions Symétrie. De nombreux hommages ont été rendus, lors de manifestations telles que le Festival de Prades (2006), le Festival Albert Roussel, le centenaire de la création du 2ème cahier d’Iberia à Saint-Jean-de-Luz (2007), le Festival "Jour de Lumière" de Saint Saturnin (2007), les soirées de Piégon, les concerts de Vollore et du château de Vaulx, les récitals du Westminster à Nice (2008), l’exposition Jacques Rivière avec la NRF de Bourges (2009), le concert d’orgue à Céret (2012), le concert "Autour de Blanche Selva" dans la chapelle du Musée Maurice Denis de St Germain en Laye (2014), "Les femmes compositrices du XIXème siècle et XXème siècle" au Cloître des Jésuites à Nîmes (2015), de nombreux concerts à Barcelone (2015, 2016, 2018), la journée "Séverac et ses amis musiciens" à Céret (2016), les concerts de Poët-Laval, (2016, 2017)…

En de nombreuses occasions des interprètes tels que Diane Andersen, Laurent Martin, Florence Launay, Damien Top, Jacqueline Laurin, Amenda Favier, Bernat Bailbé, Jean Dubé, Teresa Garrigosa, Silvia Vidal, Rosa Maria Ramirez, Rosa Maria Abella i Munies, Natacha Triadou ont fait connaître des pièces pour piano, pour piano et violon ou des mélodies de Blanche Selva. Ses compositions ont été étudiées et présentées par Florence Launay.

Enfin et surtout, l’Association Blanche Selva s’est mobilisée depuis sa création pour rassembler le maximum de documents et d’informations biographiques, lettres, photos, écrits, compositions, programmes de concerts ainsi que des éléments autour de son œuvre, ouvrages, études diverses, articles de presse, critiques, reflets de son activité et de sa vie. Ces éléments inédits ont permis de rédiger deux articles parus dans la Revista Musical Catalana en 2004 et dans L’Education Musicale en 2009, puis en 2010, la première biographie de Blanche Selva "Blanche Selva, une artiste incomparable pianiste, pédagogue, musicienne", présentée par Lionel Esparza sur France Musique dès sa sortie. En 2011, des conférences, illustrées au piano par Laurent Martin, ont été données à Nice et à Montélimar. En 2013, L’Association a édité treize lettres de Blanche Selva au compositeur Guy de Lioncourt, membre éminent de la Schola Cantorum. Ces lettres ont été présentées et commentées par Gilles Saint-Arroman, musicologue, spécialiste de Vincent d’Indy sous le titre "Aux Sources d’une nouvelle pédagogie du piano". Depuis maintenant cinq ans, "Les Cahiers Blanche Selva", centrés sur un aspect particulier de l’activité de l’artiste, continuent à perpétuer son souvenir. Six cahiers ont déjà parus.

En 2012, l’Association s’est impliquée dans un CD de compositions de Blanche Selva enregistré par Amanda Favier, Jacqueline Laurin et Laurent Martin avec un choix de compositions : mélodies, pièces pour piano et pour piano et violon, sous le titre de "Chants de Lumière" (Label Ligia).

L’Association a apporté une aide documentaire lors de la sortie d’un nouveau coffret édité par Le Label Solstice (2018) comportant les trop rares enregistrements de Blanche Selva. Ce coffret a donné lieu à de nombreuses critiques radio ou papier mettant en valeur ses interprétations magistrales, en particulier pour la partita n° 1 de J.-S. Bach et le Prélude Choral et Fugue de César Franck.

Œuvrant avec d’autres associations pour faire revivre une part de la musique française du début du XXème siècle, l’Association Blanche Selva entretient des relations privilégiées avec Les Amis de la Musique française (AMF), l’Association Mel Bonis, le Centre International Albert Roussel (CIAR), les Amis de Maurice Emmanuel.


Guy Selva
La Touche, juillet 2018


Bureau de L’Association

Président : Guy Selva.

Secrétaire : Christiane Marandet.

Trésorière : Monique Selva.

Conseillers musicaux : Delphine Grivel, docteur en musicologie, directrice de l’Ecole de musique de Carrières-sous-Poissy, Rémy Campos, docteur en musicologie, professeur d'histoire de la musique au CNSMDP, responsable de recherches au Conservatoire de Genève.

Correspondant pour l'Espagne et la Catalogne : Bernat Bailbé, titulaire de l’orgue de Saint Philippe Néri à Barcelone.


 
Retourner au contenu | Retourner au menu